Long day...

Il est 21h55 et nous dinons de pastèque et de pommes. Enfin à la maison (à l'hôtel quoi) après une journée qui semblait ne plus en finir. Non pas qu'elle ait été mauvaise, loin de là.

Ce matin départ tôt pour les librairies de Miraflorès. Finalement la récolte aura été décevante, nous sommes revenues bredouilles mais pas abattues. Au passage, petite pensée pour Los, Lima est pleine de Starbucks :


Ayant loupé hier des centres artisanaux, nous avons terminé notre tour des innombrables tiendas avec encore une fois des achats à la clé? Cette fois-ci c'est moi qui ai craqué, notamment pour 2 flûtes de plus (aaaaah ce son magnifique!!) et un poncho coup-de- coeur (maman et Anne-Sylvie, vous allez adorer!).

13h30, nous partons en quête d'un endroit où manger. Je serais bien retourner au végétarien, mais Mathilde voulait de la viande. On a essayé un resto qui finalement nous a oublié, pile le jour où on était pressées. Pas grave, on a gobé notre plat et harangué le premier taxi qui passait. Direction le musée Larco, où j'ai récupéré mes photos de grenouilles et où nous avons pris un café avec Carole (docteur en archéométrie précolombienne).
Comme ça faisait plus d'une semaine qu'un collier me narguait dans la boutiqure du musée, j'ai fini par me laisser tenter. Pas de regret, il est parfait! Mathilde s'est bien lâchée aussi, nous étions ravies mais bien conscientes de faire une folie. On avait décidé, pour le dernier soir, de se faire un ciné, du coup on a sauté dans un taxi où après quelques minutes, nous nous sommes rendues compte que les vendeuse s'étaient méchamment plantées sur la note. Mon collier avait pris subitement 20 euros de plus, et une bague avait été oublié. Retour express au musée, petite mise au point avec les vendeuses de la boutique, rectification de l'erreur rapido avec en prime 0,50 cts d'euro de réduction imposée (pour éviter un nouveau paiement et des discussions inutiles).
On finit par arriver au complexe où se trouve le ciné, on achète nos places, et on prend le temps d'aller se déguster un Pisco sour à la terrasse d'un café. Excellents!

Bon, ça monte vite (trèèèès vite) à la tête, du coup on a grignoté plein de maïs grillé et des yuquitas con queso (des yuccas remplis de fromage, pas mauvais du tout). En quelques minutes, on était bien gaies, voire carréement bancales. Je ne sais trop comment on a réussi à rejoindre la salle, franchement mes jambes avaient du mal à me porter (ou alors c'était ma tête, allez savoir...). J'ai quand même vidé le bol de maïs dans une poche pour qu'on ai des munitions pendant le film, histoire d'éponger un peu le taux d'alcool...
Nous avons regarder "New moon" ("Luna nueva" ici) en anglais sous-titré espagnol, super! Le seul problème, c'est que nous avions des pétasses américaines derrière nous qui, comment dire, ne se tenaient plus à chaque apparition de Robert Pattinson. Un vrai sketch! On les aurait frappé de toutes les manières possibles, et nous n'étions pas les seules à nous lamenter à la fin du film. Je n'avais jamais vu en vrai des groupies en chaleur, c'est chose faite, et c'est suréaliste. Ca a eu l'avantage de nous faire piquer un fou rire à la fin du film, mais elles m'ont bien gonflé pendant. Los, t'en fais pas, j'y retournerai avec toi.
Une fois vidé le seau à pop-corn de nos voisines (dans la même poche que feux-les-maïs, faut pas gâcher), on est rentré avec notre dernier taxi; encore un qui attendait qu'on lui indique le chemin pas à pas, ça devient une habitude... Préparation des bagages ce soir avant le grand départ demain. Pas franchement envie, mais faut bien rentrer.
Prochain blog en direct de Santiago de Chile.
Besitos a todos,
Sandra

Commentaires

  1. Salut les filles
    la journée d'hier est une journée riche en surprises pour vous,Sandra comment as tu fait pour te faire arnaquer pour les bijoux?
    Tu nous avez habitué à mieux .Bon c'est pas trés grave, l'important c'est de si retrouver.
    Aujourd'hui arrivée à Santiago, je pense que tu sauras quand tu rentres et tu me diras.
    Bonne journée à vous
    BISES de nous 2

    RépondreSupprimer
  2. ah les filles
    je suis franchement ravies de vous voir aussi gaies.
    d'une part de vous être fait plaisir! (allez, je craque pour ce bijou parce que je ne reviendrai pas demain, 14 h de vol, bof, c'est vrai c'est un peu long, je l'achète maintenant...y'a pas de regret à avoir! encore une fois, finies les hésitations, HEIN SANDRA, vous n'êtes pas des dépensières compulsives s'bas.
    bravo pour le PISCO, (vous avez demandé la composition pour nous faire goûter) la tête dans les nuages, vous l'avez bien méritée. loll
    les filles, vous êtes géniales.et merci mathilde pour avoir aidé sandra à réaliser son rêve, ce que tu fait me touche énormément...
    allez gros bisous à vous 2, bonne continuation, le voyage n'est pas tout à fait terminé
    courage pour le retour à santiago !

    RépondreSupprimer
  3. Coucou.Les meilleures choses ont une fin.De toute façon, vous avez engrangé beaucoup de souvenirs que personne ne pourra vous prendre.Avec votre blog, j'ai approché un de mes rèves d'enfant qui me semble maintenant définitivement inaccessible.Allez, le voyage n'est pas tout à fait terminé!Je pleurerai plus,à mes vieux jours.Au fait, n'oublie pas de me mapporter comme convenue de la cocaïne (de la bonne,pas coupée).Un ou deux kilos suffiront,c'est pour ma consomation personnelle.Cache la comme d'habitude, les douaniers n'y verront que du feu une fois de plus.Le Pisco avait l'air très bon d'après ton air...comment dire...un peu à l'ouest?!...Des Françaises,en Amérique Latine,qui regardent au ciné un film en version anglaise sous-titré en espagnol, c'est du...comment dire... de l' hypernéosurréalisme?!Profitez des prochains jours, bonne continuation et bisous à toutes les deux.
    PS: je passe le relais à Dad

    RépondreSupprimer
  4. Salut à vous deux :le Pisco si puissant....! Malgrès ces bruits au cinè et la mèsaventure avec la vendeuse qui est amusant après coup ,tout c'est bien passer.les taxi,c'est comme en FRANCE ,quant on veut gagner de l'argent,on ne connait pas bien la route.A bientot

    RépondreSupprimer
  5. Vous ramenez un peu de votre alcool local, pour faire goûter à Luise ? ;)
    Le poncho m'angoisse déjà, les flûtes me font mourir de rire (pas de commentaire, pas de commentaire, pas de...), et vous irez voir Rob sans moi, mon goût du sacrifice ne va pas jusque là !
    Allez, profitez bien des dernières heures, éclatez-vous pour nous ;)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La "médecine du crapaud" en Amazonie

Petites pensées vers la côte nord du Pérou...

Vichama ou la plus ancienne représentation de crapaud au Pérou