Mercredi 18 novembre

Pucallpa est plus grande que je me l’imaginais ! Nous l’avons déjà constaté depuis l’avion en voyant les petites lumières de la ville, le tracé des routes qui passent du goudron à la terre lorsque l’on rentre dans les quartiers plus pauvres de Yarinacocha et des communautés.


Première découverte de la journée : notre auberge.



Elle se trouvait devant une lagune, avec grenouilles, grillons et autres insectes qui chantaient la nuit jusqu’à ce que les oiseaux prennent la relève vers les 5-6h du matin. C’était très agréable comme berceuse et réveil. Mais dormir là-bas n’est pas de tout repos ! Les 30° se maintiennent la nuit, c’est très humide et les moustiques se régalent si nous ne nous faufilons pas rapidement dans nos moustiquaires.



Nous avons fait la connaissance de Selmira, la compagne de Ruben et leur fille Daniela. Ils allaient être nos guides durant le séjour. Nous avons découvert également les repas : très bons, simples (un seul plat à chaque fois) et équilibré. Nous avions du poisson, du riz, des bananes à cuire, et du poulet. Ce sont les ingrédients principaux pour leur cuisine. Lors de nos escapades en moto-taxi, nous avons pu goûter différents produits : des jus de fruits de la Selva notamment. C’était super sympa !


Nous avons visité le « parc naturel » (enfin, un zoo) de Pucallpa. C’est moins de un euro l’entrée et de ce fait on comprend mieux l’état dans lequel se trouve le parc : des déchets dans les rivières, des cages peu nettoyées, … C’est bien dommage, mais bon … Nous avons pu observer une femme Shipibo faire de la céramique. Mais nous avons été déçu car le programme indiquait que nous allions participer, essayer de faire de la céramique alors que cela n’a pas été le cas. Même déception quand on nous a amené voir les textiles. Il s’agissait d’une simple exposition sans explications où nous étions là pour acheter. Il faut malgré tout reconnaître que c’est du très beau travail. Mais nous nous consolions en nous disant que nous étions en Amazonie, qu’après nous aurions la visite à Panaillo, que j’irais faire du cheval, … Mais certaines circonstances ont fait que tout n’allait pas se passer comme prévu, …


Mathilde



Ce matin, petit-déjeuner traditionnel et rencontre avec Selmira (23 ans), la femme de Ruben (27 ans), et leur petite fille Daniela (15 mois). Nous assistons à un cours de céramique shipibo chez une vieille femme de la communauté. Son endurance, son savoir-faire et sa concentration sont remarquables. Et tous ses instruments sont naturels, ça me laisse rêveuse.



L’après midi nous visitons Yarinacocha (là où nous vivons, près de la lagune de Yarina) et Pucallpa (au bord du fleuve Ucayali).


Mathilde a décrit la visite du parc, je ne vais pas m’appesantir. J’ai adoré croisé un paresseux visiblement oublié en liberté, sa façon de se dandiner était exactement comme celle de Sid dans l’Age de Glace : du n’importe quoi ! C’est une bête adorable, au visage très souriant.



Et bien plus amical que les félins, dont les cages ont été rafistolées. Heureusement qu’ils ne poussent pas trop fort sur les grilles…



Mention spéciale également aux singes : on a tenu la main d’un singe qui visiblement s’ennuyait à mort, et regarder bouger les singes araignées a tout d’une visite de cirque (ces animaux sont d’une agilité et d’une vivacité incroyables !).



Sandra

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La "médecine du crapaud" en Amazonie

Petites pensées vers la côte nord du Pérou...

Inspiration panaméenne