Enfin Lima !

Ce matin réveil en pleine forme vers 8h30, petit-déjeuner et, et, et rien ! J’ai laissé Sandra travailler pendant que je m’occupais à mes petites affaires : porter le linge à laver, ranger le sac, lire les prospectus sur le Pérou, faire les repérages sur le plan pour nos futurs achats (c’est bien beau de venir au Pérou, de travailler, mais ne comptez pas sur moi pour ne rien ramener de là-bas, j’ai ma petite liste de courses !). Et tout ça entre deux Sudoku, quelques thés et la récupération du linge propre et sec (en une matinée, c’est fou la technologie !) et son rangement.
J’ai attendu, attendu, attendu et arriva le moment de la libération : Sandra avait fini son travail, il était 13h, l’heure d’aller manger ! Nous avons trouvé un chouette resto, simple et pas cher : nous en avons eu pour 4€ pour 2 repas pour 2, ce qui n’est rien au vu de l’excellent et copieux repas.

Ensuite, direction la bnp (bibliothèque nationale du Pérou et non de Paris et non plus la banque populaire!) où encore il nous en est arrivé de belles ! Je vous laisse juges dans ce que Sandra vous expose. Pendant qu’elle travaillait je me suis mise à la rédaction de nos mémoires afin de les publier ce soir. Et puis nous sommes rentrées en taxi, dont le chauffeur (originaire de Cuzco) était très sympathique. Nous nous sommes posées tranquillement pour manger, écrire le blog et puis maintenant dodo. Nous allons reprendre le cours d’une vie plus calme et moins tourmentée (on croise les doigts tout du moins) !

Mathilde


Ce matin réveil tôt, après nuit courte et agitée (j’ai de nouveau pris un abonnement aux toilettes, Mathilde me suggère de demander une réduction ; d’ailleurs, après le ménage de cet après-m’, on nous a mis 2 papiers toilette, allez savoir pourquoi !), j’ai passé 3 heures à préparer le dossier qu’exige le musée Larco pour avoir un détail des pièces dont j’ai besoin pour mon mémoire. Entre le dossier, une liste d’objets et mon CV, le tout en espagnol avec tous les accents chiatiques qui vont bien, j’en avais plein les bottes !

A 14h (et oui, le temps passe quand on bosse), nous avons mangé au resto conseillé par la dame de l’hôtel. C’était très bien, moins de 2 euros le repas avec soupe sancochada (une grosse garbure, largement suffisante actuellement pour mon estomac), ensuite un plat complet et une boisson, que demande le peuple. Tout ça au milieu des péruviens, pour une cuisine simple mais bien péruvienne. On en a d’ailleurs redemandé puisque ce soir nous avons amené notre soupe pour dîner à l’hôtel.

Cet après-midi, comme mentionné sur notre programme de route, nous sommes allées à la bibliothèque nationale. Evidemment, elle a changé d’adresse et surtout de quartier. Une fois trouvé un taxi sympa et non arnaqueur, nous avons essayé de comprendre comment accéder aux livres ! Ah, grande aventure. Les péruviens peuvent être sympas, mais pas vifs… Le premier qui nous a renseigné a tout d’un lampadaire qui s’étiole. Entendez par là qu’il parle en sourdine et sans articuler, le bonheur pour comprendre… et qu’il ne dévie pas de sa route : son explication étant la meilleure, pas la peine de reformuler pour répondre plus justement à la question qui lui est posée !! Je renonçais à entrer dans cette bibliothèque minée, jusqu’à ce qu’une lecture attentive des prospectus consciencieusement donnés par ce monsieur m’incite à revenir à la charge. Mais pas auprès de lui ! Au final, on accepte que je m’inscrive (mais pas Mathilde car elle n’a pas son passeport) malgré le fait que je n’ai pas d’accréditation de mon université (mais jusqu’où va-t-on aller ???). Je monte au 3ème faire des photocopies de mes pièces d’identité, je paye, je redescends attendre mon tour pour l’inscription, je remplis les papiers où je jure que je me conduirai bien, je vais payer mon droit d’accès à la bibliothèque pour les 15 prochains jours, je reviens et m’installe enfin sur un siège à côté de la dadame, elle remplit son écran avec toutes mes informations (« Historia del arte ? Mochica ?» « Si… » Active…). Et finalement, elle me tire le portrait avec sa webcam et me donne ma magnifique carte de lectrice. Ouah ! Quel honneur ! Tout ça pour consulter 5 livres en 2h, je vous passe les détails pour arriver à les avoir en mains… Fonctionnement comme à l’IFEA, mais en plus lent…

Ce soir dîner tranquille devant notre garbure à l’hôtel



et mise à jour du blog (beaucoup de retard à rattraper, l’Amazonie n’était pas l’endroit rêvé pour écrire nos mémoires). Et espérons que demain le musée Larco nous ouvrira les bras.

Sandra

Commentaires

  1. et bé que d'aventures !! Je suis navrée que vous ayez du changer de programme... bye
    Los

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La "médecine du crapaud" en Amazonie

Petites pensées vers la côte nord du Pérou...

Inspiration panaméenne