Y'a comme un peu de pluie en terre tropicale...

Ma foi, voilà une journée bien arrosée!

Après un copieux petit-déjeuner au bord de la piscine et de la lagune, nous décidons de consulter une agence de voyages pour sélectionner nos activités des deux prochains jours. Les options sont nombreuses mais hélas la pluie contrecarre nos plans. Nous optons quand même pour une sortie de 5h en goélette (l'appel du large encore et toujours!!) qui s'est avérée ubuesque au milieu des rafales de vent chargées d'eau. De quoi vous fouetter le sang palsambleu! Nous restons sur le pont, camouflées sous nos ponchos de pluie, et résistons avec le sourire aux assauts des éléments.


Bien qu'agité le paysage reste magnifique, empli d'îles et de criques où fleurent bon l'ancien temps des pirates. Notre équipage tente de jeter l'ancre dans une des baies mais renonce après plusieurs tentatives. Finalement nous stoppons dans une baie plus abritée où seuls les matelots se jettent à l'eau. Non pas que nous n'en mourrions pas d'envie, mais la sortie de l'eau aurait été un peu glaciale.

 








Les passagers finissent par se blottir les uns après les autres dans le petit espace intérieur où la cuisinière mijote de bons petits plats. Quelques-uns résistent aux rafales à l'extérieur, jusqu'à ce que finalement Mathilde reste seul sur le pont avec les marins. Posée tel Bouddha face aux éléments, elle finit même par s'endormir à la proue du navire... Ceci dit la grande majorité d'entre nous étant transie de froid, c'est d'un commun accord que la croisière est écourtée. 


Nous n'aurons pas goûté aux joies des plongeons dans des eaux chaudes pleines de poissons colorés (à ce qu'on a lu...) et des balades sur des plages quasi désertes. Encore une raison de revenir en vacances dans l'Etat de Rio !


De retour au port nous nous promenons dans les ruelles aux pavés énormes. Gilbert ne nous a pas accompagné aujourd'hui, impossible pour lui (et donc pour moi) de circuler dans ces conditions. Le centre historique et ses airs coloniaux valent vraiment le détour: façades colorées, charrettes à cheval, anciens canons sur le port...




La ville accueille de nombreux touristes d'où la prolifération de boutiques de souvenirs sans grand intérêt. Un vendeur d'artisanat amérindien a heureusement relevé le niveau et c'est avec plaisir que nous avons admiré chaque objet issu de diverses cultures amazoniennes. 

N'ayant pas mangé à midi nous craquons pour une bouchée au chocolat qui nous revigore avec délice. Rapide achat des billets de notre prochain trajet en bus, retour à la pousada en taxi (mes jambes ne me tiennent plus après cette marche dans la ville) et dernière incursion au supermarché pour notre pique-nique du soir. Nous étions sur le point d'ouvrir nos bières quand le dépannage de notre douche a pris plus de temps que prévu. Trois changements ont été nécessaires pour que l'ensemble refonctionne correctement, alors maintenant... apéro!!

Spéciale dédicace pour Anne-Sylvie et sa collection

Bonne nuit tout le monde!


PS : voilà un blog à explorer pour les muiraquitas : http://muiraquitas.blogspot.com/
On y parle d'une légende entre les muiraquitas et les Amazones. Intéressant, intéressant...:)

Mathilde prend le relais ...


Après Rio voici Paraty, qui m'inspire bien plus que Rio pour que je prenne la plume !
L'arrivée sur site m'a rappelé Pucallpa : une chaleur moite, une grande avenue où circulent voitures, motos, vélos, charrettes, lagune ... C'est une atmosphère qui me convient bien mieux que l'effervescence de Rio. Rien de tel qu'une petite ville côtière "pirate" qui a gardé dans son architecture une ambiance d'antan qui permet de rêver à une époque coloniale où les corsaires croisaient au large, d'îles en îles.
La balade de ce matin a été la bienvenue : nous avons pu découvrir ces îlots sur lesquels ont été construites de petites bicoques en bois et leurs pontons. De quoi s'installer discrètement, profiter des plages "privées", s'isoler et profiter de la nature luxuriante.
Paraty offre tout à côté : plages, montagnes, îles, ports, campagne, nature, petite ville, histoire, patrimoine ... Un véritable condensé de tout ce que je peux apprécier.
Après la balade en bateau le temps est devenu plus clément et nous avons pu découvrir les rues de Paraty, aux pavages cyclopéens issus des cales des bateaux coloniaux européens. Nous avons pu alors tester l'eau : elle était bien plus chaude que l'air et j'ai bien regretté d'avoir hésiter à plonger depuis le bateau. Après tout mouillé pour mouillé ... Enfin, nous verrons demain !
La pousada dans laquelle nous logeons est adorable, plein de charme, en bordure de lagune. Et le petit déjeuner ... un régal !!!! Au bord de la piscine et de la lagune et avec une variété de denrées : dur de résister à l'appel des jus de fruits frais, des formages, thé et autres produits locaux. je m'y verrai bien y rester plus longtemps ou y revenir bien évidemment. Ca c'est la vie !

Demain, j'aurai enfin droit à ma balade à cheval en Amérique du Sud, depuis le temps que j'en rêve. Nous partirons explorer l'intérieur des terres après avoir fait la côte.

Je jouerai même les touristes de base en ramenant un t-shirt PARATY car j'adore vraiment cette ville et leur t-shirt sont très sympas.

Pour l'heure, Bon noite.



Commentaires

  1. Ce voyage vous réserve de belles surprises. Biz.anne

    RépondreSupprimer
  2. Commenter, commenter!... Je ne demande que ça de pouvoir commenter, mais je reste bouche bée et inspiration bloquée devant ces images et ces lignes.Quelqu'un a dit "Paris vaut bien une messe"(Henri IV) , finalement ,le Brésil vaut bien une cicatrice.
    Bisous.

    RépondreSupprimer
  3. hfhfhfhffhfhfhfhfhfnxwnbxcgdbc; :dj

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour la photo :) Je saurai l'utiliser comme elle le mérite !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La "médecine du crapaud" en Amazonie

Petites pensées vers la côte nord du Pérou...

Vichama ou la plus ancienne représentation de crapaud au Pérou