Journée grand standing

Bien le bonsoir à vous tous,

Nous vous écrivons présentement de concert depuis le bar de notre hôtel 4 étoiles, en compagnie d'un Pisco Sour pour Miss Miqueou et d'une Algarrobina pour Miss Giuliato. Notez bien que l'alcool n'a pas encore fait effet, nous sommes simplement sous l'euphorie de notre récent -et momentané- statut de nouveaux riches désargentés.

En plein boulot, vous n'imaginez pas...
Nous avons la nette impression que les employés de l'hôtel ne sont pas accoutumés à la présence de jeunes femmes européennes souriantes et enjouées (le déhanché sur fauteuil l'atteste) car ils sont tout sourire lorsqu'ils passent à proximité de notre table. Il faut dire que nos sessions simili-karaoké ont de quoi marquer les esprits.

Pour poursuivre notre chronique hôtellerie de luxe, rajoutons que nous avons droit le soir aux petits chocolats d'avant dormir portés à domicile, le matin c'est le journal qui est glissé délicatement sous la porte, et pour justifier notre présence en ces lieux à cette heure reconnaissons que leurs cocktails sont fameux, voire exquis. Et nous goûtons par la même occasion les amuses-bouches fournis : chips de yucca, noix locales...

Mais revenons un peu sur cette journée si vous le voulez bien.

Elle a fort bien commencé, sur un petit-déjeuner buffet agrémenté de divers mets parmi lesquels : du pain perdu, de la salade de fruits, des céréales locales, du vrai lait, du café corsé, de la vraie brioche... 

Le temps de remonter à la chambre pour régler les derniers détails, que déjà la réception nous appelait pour nous prévenir de l'arrivée de notre chauffeur et de notre guide privés. 

Derniers détails...
Un mini-van flambant neuf, à notre seule attention, nous a mené à l'occasion d'un tour privé, sur les sentiers de l'artisanat et de la culture de Piura. 

Premier arrêt : l'atelier d'un maître céramiste qui nous a dévoilé sa technique issue de traditions ancestrales, par bien des aspects pareille à celle de ses aïeuls Vicus. Sans entrer dans les détails que seules des ladies archéologues prennent en considération, sachez que le savoir-faire de cet homme nous a proprement ébloui. Tant d'efficacité et de simplicité apparente pour des objets domestiques absolument essentiels a ému notre fibre manuelle.
L'atelier du potier, comprenant des céramiques modelées
Montage de la pièce à l'aide d'une planchette et d'un galet
Essai non transformé...
Nous sommes ensuite allées visiter le musée et la huaca de Narihuala, rare vestige archéologique -exhumé- de la région. Notre guide s'appelait Manuel et était âgé de 10 ans. Une façon habile de responsabiliser les enfants à leur patrimoine. 

Une des rues principales de Narihuala
En haut de la huaca avec un de nos jeunes guides

Façade de l'église criblée de ball-... euh non de trous d'araignées !

Vue depuis l'autre sommet de la huaca. En face, une église chrétienne a colonisé l'espace
Le chien péruvien, insensible à la chaleur et monument national
Nous sommes ensuite allées nous promener à Catacaos, village réputé pour ses artisans de tous bords : cuir, or et argent, fibre textile, panamas, céramique...


Eglise de Catacaos
Intérieur de l'église avec la voute peinte qui en fait une mini chapelle Sixtine (dans un art bien plus naïf)
Nous avons ensuite déjeuné d'un plat local dans une cantina, avant de reprendre la route vers Piura.

Seco de chavelo 
L'après-midi a été consacrée à la visite du musée Vicus, censé nous en apprendre plus sur cette culture nord péruvienne qui a précédé les Mochicas. Hélas le musée est un fourre-tout d'objets d'époques différentes que les guides ont bien du mal à ordonner (7 personnes à l'accueil, une activité réduite à quasi néant, on sent le surmenage... D'ailleurs les soupirs de nos guides ne plaideront pas en faveur de la formation et/ou de la vocation). Nous en sommes sorties déboussolées, sans réelle avancée question connaissances... Hormis la vidéo concernant la technique céramique Vicus qui s'est avérée pédagogique et instructive, de quoi donner des idées... La salle de l'or (censée être le clou du spectacle, raison pour laquelle l'entrée est payante -mais pas de photos autorisées) n'a pas non plus était d'une grande clarté, loin s'en faut...  Encore heureux qu'on ait réussi à négocier le prix de l'entrée grâce à notre statut d'étudiante. On sent bien que ça énerve les employés quand on présente nos cartes, d'ailleurs notons qu'en 2 ans les handicapés sont devenus un public payant au Pérou (ou comment régresser dans l'accueil des publics...).
Céramique anthropomorphe Vicus

Pierre anthropomorphe Recuay

Entrée de la salle de l'or, qui a ses propres horaires de fonctionnement -aléatoire-
La visite suivante à la salle d'exposition du Banco Central de Reserva nous a heureusement remis les idées en place. Trois gardiens nous attendaient en haut des escaliers (toujours aussi réactifs, ils n'ont pas bougé le petit doigt quand Mathilde a empoigné Gilbert). Cette petite exposition temporaire avait l'énorme avantage d'être cohérente : uniquement des objets Vicus, ce qui permet d'éviter les mélanges de genre et de présenter clairement les caractéristiques de cette culture. Nous en sommes ressorties nettement plus informées!

Après quelques déambulations dans les boutiques de Piura et un pique-nique improvisé sur la moquette de notre chambre (il fallait finir les 8 bananes restantes de notre régime à 1€), nous avons regagné notre hôtel pour nous installer au bar pour notre dernière soirée de standing.

Demain matin envol pour Lima, retour vers la grande ville et les températures frisquettes. Bonne nuit à tous!











Commentaires

  1. Il vaux mieux,jouer les nouveaux riches que de faire de la poterie ...(gag)

    RépondreSupprimer
  2. salut les "parvenues"
    finalement vous aurez bien profité de votre séjour à Piura
    MAIS mathilde ta "pizza" n'est pas au top, le coup de main est à revoir "lol!"
    Sandra je me serais passée de la façade de l'église aux trous.....!!!!
    sur ce big bisous. HASTA LUEGO

    RépondreSupprimer
  3. Salut les filles.
    Nous rentrons de Barcelone, ville magnifique et de nombreuses visites à faire , nous avons décidé d'y retourner une autre fois car nous n'avons pas pu tout voir ( le match et le stade génial.....)
    Je vois que tout va bien pour vous, par contre Sandra j'ai lu dans l'avion de retour que air France annonçait une gréve de 5 jours à partir de samedi.(hôtesses et stewards) Tu me téléphone des que tu es à Paris. Bonne continuation Bises à vous 2 Jean louis

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La "médecine du crapaud" en Amazonie

Petites pensées vers la côte nord du Pérou...

Vichama ou la plus ancienne représentation de crapaud au Pérou