Rio, here we come !


Ouch, le réveil a été matinal… Mais comme à l’accoutumée, nous sommes parties dans les temps et arrivées suffisamment en avance à l’aéroport pour régler les deux menus détails techniques qui nous occupaient l’esprit. Le principal résidant dans les deux pneus à plat de notre bien-aimé Gilbert, état déplorable qui n’aurait pas manqué de compliquer la conduite pendant les vacances. Fort heureusement l’équipe de l’assistance PMR* de l’aéroport de Bordeaux s’est montrée d’une remarquable efficacité pour 6h du matin ! Le responsable et son collègue ont très gentiment accepté de nous prendre en charge en avance afin de nous faire profiter de leur matériel de gonflage. Résultat, en 5 minutes Gigi avait les pneus comme neufs et était fin prêt pour ses nouvelles aventures en terre américaine.

Leurs homologues à Charles-de-Gaulle se sont avérés tout aussi sympathiques, dont un employé au parcours surprenant qui, à l’aube de clore sa courte carrière dans l’assistance aéroportuaire, se prépare à ouvrir son laboratoire d’analyses médicales au bled. Une preuve supplémentaire s’il en était besoin que le milieu aérien héberge de drôles de spécimens multitâches J

S’en est suivi une attente plutôt longuette dans le véhicule élévateur qui devait nous conduire à l’avion stationné au large. La fraîcheur du matin parisien et les minutes s’écoulant dangereusement ont eu raison de la patience de certaines… Mais nous avons fini par embarquer en bonnes dernières, pas mécontentes de rejoindre les places en classe Premium qui nous avaient été gracieusement glissées à l’embarquement. Un confort, dû aux circonstances, que nous n’avons pas boudé ! 

Information essentielle à l’attention de Sweetie : il y a un « Fast Five » ! Ou l’opus 5 de « Fast & Furious », ou encore le rejeton hybride d’« Ocean eleven » et de « Doom 2 ». Le tout dans les favelas de Rio (ça ne s’invente pas) où Vin a l’honneur ultime de faire la connaissance de son futur meilleur ennemi en la personne d’un bodybuildé aussi chauve et délicat que lui. Voir notre héros traverser un mur de briques tête la première, plonger avec sa voiture du haut d’une falaise ou encore enchaîner les débordements affectifs, c’est long (voire même très long) mais ça ne peut pas se rater !:) 

Arrivée dans les temps à Rio, les gens ont le sourire facile ça change! Pensée compatissante pour les employées préposées aux ascenseurs qui passent leur journée enfermées dans cette cage d'acier à appuyer sur des touches pour monter, descendre, monter, descendre...
Installation Chez Michel, à deux pas des plages de Copacabana et Ipanema. Il fait nuit noire (hiver oblige) mais nous sommes accueillies par les pensionnaires de la maison d'hôtes et son propriétaire avec grand renfort de conseils et de caipirinha. Ces vacances s'annoncent ma foi définitivement prometteuses.

See you soon!


* Personne à Mobilité Réduite

Compteur grenouille : 0


Commentaires

  1. Ah, j'espère que j'aurai le film dans l'avion la prochaine fois ! :)
    Plein de bises, et plein de caipirinhas :p (même si je suis dég' pour les places premium !!!)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La "médecine du crapaud" en Amazonie

Petites pensées vers la côte nord du Pérou...

Vichama ou la plus ancienne représentation de crapaud au Pérou